J’irai dormir chez vous… pour le Têt

Et voilà enfin un article sur une question que, j’en suis sur, vous vous posiez tous : que se passe-t-il lors du Têt au sein d’une famille vietnamienne ?

Prenons l’exemple de la sympathique famille qui nous accueille en ce moment Ju et moi : la famille de Trang, la pote de fac de Ju.

Le Têt commence officiellement cette année dans la nuit du 30 au 31 janvier (ça change tous les ans, because calendrier lunaire). Mais la journée même du 30, il reste encore pas mal de trucs à faire : nettoyer les tableaux, le sol à l’intérieur et à l’extérieur de la maison, évacuer les feuilles tombées, etc.

Niveau bouffe, il y avait déjà pas mal de choses déjà préparées. Néanmoins avec Ju, nous avons eu le privilège de rouler les nems destinés à être dégustés le soir même. Dans la farce : des œufs (4 petits), de la farce de porc, des queues d’oignon, des champignons chinois coupés en tout petit au ciseau, des carottes râpées, des bouts de vermicelles transparents. Miam.

20140131-193222.jpg

A 19h, nous voilà à table avec quelques plats :
– des morceaux de poulet ou de coq avec les os
– une salade de vermicelles transparents aux abats de ce même poulet ou coq (apparemment c’est un plat spécial Têt)
– nos fameux nems
– du xoi, ou riz gluant (spécial Têt, mais pas de graines de soja comme je connais)
– du gia (orthographe approximative… Prononcer « ZAN »), de la mortadelle en grosses lamelles au large diamètre, emballé dans des feuilles de bananier, que Ju n’aime pas.

Vers 20h la mère de Trang nous emmène dans la pièce de l’autel avec la photo de la grand mère de Trang (la mère de son père) qui arbore un joli sourire de bétel. Sur l’autel, des gâteaux, un poulet entier déplumé, un paquet de café, de la bouffe… Il me semble que Trang m’a dit qu’il fallait déposer cinq fruits différents sur l’autel. Ce n’est pas si différent de la campagne très française des cinq fruits et légumes par jour !

Trois bâtonnets d’encens chacun. La mère nous les allume. On doit déposer, en le tenant par leur partie parfumée, un bâtonnet dans chacun des trois petits pots (je ne sais pas à quoi ils correspondent) dans lequel il y a déjà pas mal de traces de bâtons consumés.
Une fois ceci fait, on joint ses mains puis on fait avec celles-ci trois petits saluts d’un geste d’avant en arrière. C’est tout… Ça ressemble pas mal à un allumage de cierge, tout ça !

Je ne sais pas si cela correspond vraiment au culte ou non. C’est que Ju et moi nous avons été assez demandeuses de cette expérience, il est donc fort possible que nous avions eu une version très light du culte.

Plus tard, nous avons aussi confectionné des biscuits à base de farine de riz me semble-t-il, destinés au culte. De forme ronde aplatie, les bords doivent être lisses. Puis on les cuit dans l’huile, sans les coller, puis on les retourne. Une fois cuit, ils sont trempés dans du sirop de canne brun.

20140131-193234.jpg

On attend minuit, qui sonnera le vrai début des festivités. En attendant, on se matte un film en 3D sur l’énorme écran plat qui trône dans le salon.

Minuit arrive bientôt : le père de Trang reçoit l' »invité porte-bonheur ». Il s’agit du tout premier invité du Têt sensé porter chance à la famille pour l’année. Comment celui-ci est-il choisi ? C’est assez compliqué, mais apparemment cette personne est notamment choisie en fonction de sa date de naissance, de façon à ce que celle-ci soit, astrologiquement, en correspondance avec la date de naissance du patriarche (le père de Trang).

Avec ce porte bonheur, nous attendons minuit devant l’énorme télé branchée sur Vietnam TV (VTV pour les intimes), elle même branchée sur les deux gros feux d’artifice prévus pour l’occasion à Hanoi sur le lac Hoan Kiem et à Ho Chi Minh Ville.

À minuit pile, PAF, lancement des feux d’artifice et hymne national ! Après un gros plan sur le drapeau national, on a le droit aux vœux du Premier ministre, puis retour ensuite aux feux en eux-mêmes. Question de priorité !

Pendant ce temps là, le porte-bonheur distribue le lucky money à tout le monde (environ 50 000 dôngs par personne), mais sans enveloppe… On trinque puis il s’en va.

Commence alors un ballet incessant d’invités, de voisins, qui viennent, trinquent, souhaitent bonne année et repartent.

Trang nous dit que c’est à notre tour de partir : avec des amis à elle, nous enfourchons des motorbikes pour aller faire ce qui ressemble à une tournée des copains.

En effet, il faut bien comprendre que le Têt est souvent, pour les vietnamiens, l’occasion de revenir dans leur patelin d’enfance. On y retrouve donc souvent, chaque année, des amis d’enfance ou de collège. C’est plutôt joli pour garder le contact, alors même que chacun peut ensuite avoir des parcours très différents. Par conséquent, la plupart des amis de Trang avec qui nous fêtons le Têt sont des amis de l’époque du collège.

La plupart des copains chez qui nous nous arrêtons en chemin habitent sur la rue principale. On vient, on dit chuc mung nam moi (=bonne année), on se fait remplir un mini verre d’alcool, on trinque, on boit et on mange, au petit bonheur la chance, du bœuf séché qui arrache la gueule, des biscuits ou des bonbecs.

Chaque foyer a son ambiance propre, mais comporte des dénominateurs communs, comme les décos à base d’arbre à kumquat ou de branches de pêchers.

20140131-193255.jpg

Chaque étape peut durer cinq ou vingt minutes. Au bout d’un moment on s’en va, jusqu’à la prochaine visite de pote.

Pendant tout ce temps, Ju est the attraction de la soirée. Le fait qu’elle soit une fille qui ne rechigne ni à boire ni à fumer n’y est pas non plus pour rien 😉

De mon côté je teste plusieurs techniques pour ne pas trop boire : surtout garder son verre à la main pour éviter d’être resservie, faire style de faire cul sec mais ne pas tout boire, ou encore… trinquer au thé, ce qui a bien fait rire tout le monde, mais à situation désespérée, moyens désespérés.

La dernière étape, à deux pas de chez Trang, était plutôt sympathique car elle a réuni trois jeunes frères fans de hip-hop qui n’ont pas résisté à l’envie de nous faire une démonstration sur le carrelage de leur maison. J’ai souri à l’idée de voir du hip hop dans un lieu aussi reculé et j’ai un peu flippé de les voir se rouler la tête sur un sol aussi dur, mais ils s’en sont bien sortis et nous ont offert une bonne fin de soirée.

20140131-193307.jpg    20140131-193313.jpg

Coucher à 2h30/3 heures.

Bonne nuit et chuc mung nam moi.

Et en photo : la superbe maison des parents de Trang dans un style rococo des plus harmonieux

20140131-193114.jpg

20140131-193126.jpg

20140131-193133.jpg

20140131-193152.jpg

20140131-193200.jpg

20140131-193210.jpg

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s