En transition

Hello mes chers et patients lecteurs,

Dans mon dernier post je vous annonçais avoir trouvé ma nouvelle demeure : c’est vrai. Ce que je ne vous ai pas dit par contre, c’est que cette future maison ne sera libre que le 17 février. Ne pouvant pas rester indéfiniment chez Ju et Gi qui m’avaient déjà accueillie pour un laps de temps au-delà du raisonnable, et maintenant que je connaissais avec exactitude la date d’emménagement, j’ai préféré partir trouver un logement temporaire dans lequel me planquer en attendant. Je crois que cela represente un soulagement pour moi comme pour eux, meme si on prévoit quand même de fêter l’arrivée du week-end ensemble.

C’est donc avec un léger pincement au cœur, et un certain effroi quant a la masse d’affaires que j’avais déjà au bout de trois semaines, que j’ai empaqueté mes bagages et que je suis partie a l’assaut d’une maison d’hôtes proche de la gare.

Nouveau quartier, nouveau quotidien, nouveaux enjeux… Je teste la solitude et son corollaire, le fait d’être obligée d’aller vers les autres. Je teste le total libre choix de mon rythme de vie ou de ce que je vais manger. Je teste aller a pieds un peu partout autour de cette maison pour trouver mon manger ou faire des repérages. Je teste négocier toute seule le prix de la chambre. Pour le moment ça va mais ça reste bizarre.

Alors a quoi ressemble mon nouveau chez-moi de transition ? Hem…

Il s’agit de deux maisons en fait, tout au fond d’une allée plutôt sombre. Brrrr… Mais bon, je me dis qu’avec tous ces touristes de passage dans cette maison, ce ne doit pas être le pire endroit de Hanoï (et puis j’ai accroché une lampe de poche a mes clés).  Une maison accueille une famille vietnamienne dont les enfants gèrent le business et parlent anglais, et l’autre en extension est remplie de couchsurfeurs et autres expats ou vacanciers de tous bords. Et j’ai testé les deux.

La première nuit je la passe dans l’annexe. Chambre jolie, propre, un balcon, un moustique, et un matelas dur comme du bois. Un matelas a la vietnamienne quoi. Dans la maison y a un chat qui miaule tout le temps. Bref, la perfection mis a part ce matelas qui me casse le dos. Je demande donc a changer pour le lendemain.

Le lendemain donc, je débarque dans une chambre plus petite, plus cosy, mais dont la fenêtre donne sur une tour d’air et ne ferme pas totalement car elle laisse passer le fil du wifi. Le matelas est normal, ouf… A l’inverse, je récupère d’autres soucis : j’entends toutes les conversations du rez-de-chaussée (je suis au 1er), la chambre ne peut pas être bien aérée car ses fenêtres donnent sur une minuscule cour intérieure construite comme une cheminée, et surtout la salle de bain n’est pas nickel du tout niveau hygiène…  J’ose pas trop demander un nouveau nettoyage (surtout au niveau des flacons qui ne sont pas a moi mais se trouvent dans la pièce, le miroir trouble et les tablettes et verres a dents bien suspects…). Je demande quand même ? Et si oui, comment ?

La bonne surprise du matin c’était le p’tit dej avec une ambiance plutôt sympathique.

J’y ai appris avec bonheur que j’avais bien fait de changer de chambre hier soir. En effet, j’ai échappé a la venue dans la chambre voisine d’une fille ramenée par un expat norvégien et avec qui il s’est apparemment passé pas mal de choses !! Bof bof pour dormir sereinement…

Voila pour ce qui est de mon logement temporaire. Je ne paie pas encore trop trop cher, de l’ordre de 13 dollars la nuit (9,5 euros). J’essaie d’aller a pieds le plus souvent possible vers le cab, cela prend environ 40 minutes. J’ai tout de même hâte d’emménager…

A ce propos, laissez-moi juste dire deux mots sur ma future maison. Elle est loin d’être parfaite mais je pense qu’elle a pas mal d’atouts et qu’elle me correspondra bien.

Elle se situe derrière l’Intercontinental Hotel, dans une allée (pas tout au fond, ouf !) un peu cachée mais qui a le charme d’être pleine de verdure. En effet, la plupart des maisons de cette allée comportent un jardin verdoyant (mais pas ma maison malheureusement). Autour de cette allée, se trouve des petits lacs mignons et une pagode d’assez grand format. A cinq minutes a pieds en passant par une ruelle, on arrive a Xuan Dieu, ZE rue des expatriés avec resto, boulangerie française, boutiques et bars branchés. Deux minutes de plus et on arrive dans un petit centre commercial contenant un FiviMart, supermarché rempli encore une fois… d’expatriés (et c’est fatigant. mais ça vous l’avez déjà lu dans le post d’avant). Le seul défaut de l’emplacement est qu’il est loin du centre ou je bosse (environ 100 000 dongs de taxi, soit 3,5 euros) mais cela peut être compensé par l’existence d’une ligne direct de bus dont le prix du billet s’élève a… 5000 dongs (moins de 20 centimes d’euros).

La maison en elle-même a pour principal atout d’être baignée de lumière grasse a des baies vitrées un peu partout. Son deuxième atout est d’avoir une Xbox 360 (on perd pas l’nord ma bonne dame). A part ça, y a tout, le WiFi, la machine a laver, les cordes a linge dans la cour extérieure, le balcon pour faire la fête, la cuisine équipée pour cuisiner, le grand frigo a partager… Il ne manque plus que le piano (non non on ne va pas pleurer mon appartement loupé… mais je dois trouver un moyen d’en jouer)

Niveau chambre, il s’agit de la moins chère donc ça reste du basique. Grand lit avec matelas mou (youpiiie) et moustiquaire légère avec deux bureaux. Rien de plus. Armoire bof sur pallier a partager avec un certain Brian, idem pour la salle de bain très basique elle aussi (baignoire sans rideau et lavabo tout nu). Même la porte a l’air d’être montée a la va-vite.  Mais bon, y a l’essentiel, et même mes collègues vietnamiens m’ont dit que j’avais eu un bon prix pour le secteur.

Niveau coloc’, je vais me retrouver dans une maison 100% britannique. Moitié filles, moitié mecs. Qui sait, peut-être que mes nombreux voyages en Angleterre et ma passion pour Doctor Who vont me sauver dans cette maison de fous ?

La suite très bientôt, au 17 ! Ou peut-être même avant, car il est prévu qu’on boive un verre ensemble courant semaine prochaine.

Et sinon, je suis sure que vous vous êtes aperçus que je parlais a peine du stage (alors qu’il s’agit de la baseline de ce blog). Pourquoi me diriez-vous ? Eeeeeeuh… Disons simplement que ce que j’y vis pour le moment n’est pas suffisant pour alimenter un post de blog. J’espère pouvoir découvrir des choses au boulot, tout autant qu’a l’extérieur, un de ces quatre. Ne serait-ce que pour savoir avec quoi remplir mon rapport de stage, dument exigé par mon école.

Sur ces belles paroles, je vous dis a bientot et bon week-end. J’espère vous raconter encore beaucoup de belles choses.

 

Tschus !

Et en photo : la tête de ma future chambre, avec moustiquaire s’il vous plait.

20140211-211212.jpg

20140211-211223.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s