Mes petits moments de solitude : quatre mois au Vietnam

Ça y est, ça fait quatre mois, enfin presque, que je vis au Vietnam !
Avant de partir j’avais l’imagination facile et me disais que le pire pouvait m’arriver une fois sur place.
Du coup, pour me rassurer et aussi rassurer les futurs expat’ qui vont passer par ici, j’ai décidé de faire le bilan tous les deux mois de tous les moments galère ou peu agréables que j’ai pu vivre (la première salve est à lire par ). Histoire de relativiser. Voici donc quelques extraits :

Je me suis fait avoir par mon manque de connaissance en vietnamien devant un client dans le cadre de mon boulot. J’avais pris en main un client français pour lequel je devais faire la navette continuelle entre lui et les vietnamiens de ma boîte. Le service apporté s’étant déroulé sur plusieurs jours. Quand, au dernier rendez-vous où nous étions réunis dans une même pièce avec les vietnamiens de la boite, ce client se met a parler viet couramment. Et finit la transaction tout seul comme un grand, me laissant sur le carreau, comme une jolie plante verte qui ne comprend pas un mot de ce que est échangé. VDM, comme on dit…

J’ai rêvé que j’avais des poux. Plusieurs fois.

J’ai vu entre autres une femme pisser sur un arbre en pleine rue, et des femmes faisant les poux de leurs amies et filles. Dans le bus. Et même dans un avion de la Vietnam Airlines.

Je suis entrée en guerre contre la femme de ménage que je soupçonnais fortement avoir emprunté mes Birkenstock pour nettoyer la salle de bain à grands coups de jets d’eau. RIP mes Birkenstock… Enfin, RIP, si je n’avais pas fait – à plusieurs reprises – le forcing à coups de longues séances de sèche cheveux et en grande consommation de papier absorbant. Ça s’est terminé avec mon gentil collègue vietnamien qui m’a indiqué quoi écrire sur une pancarte que j’ai collée dans l’entrée. Depuis, zéro souci. Encore plus depuis que j’ai déménagé.

Je me suis fait passer pour une parano auprès de mon coloc. Minuit je rentre chez moi, me brosse les dents, referme la porte de la salle de bains derrière moi. J’entre dans ma chambre, reviens chercher un truc dans le couloir, et entend du bruit depuis la salle de bain. Je pense alors que c’est mon coloc… Sauf que je l’entends au même moment, depuis sa chambre, fermer le rideau de sa porte ! Mon sang se glace et je me crois dans un film d’horreur. Je suis persuadée que quelque chose se trouve derrière la porte opaque de la salle de bains. Prise d’un sentiment irrationnel, je réveille mon pauvre coloc (heureusement couché il n’y a pas longtemps avant) pour qu’il ouvre la porte à ma place. Bien évidemment, y avait rien…

Je suis vraiment devenue un poil parano. De façon générale.
Je regarde chaque tache sur les murs de manière suspicieuse. Si ça bouge, c’est que c’est vivant. Si ça bouge pas, c’est que c’est une tache.
Je tique à chaque petit mouvement brusque. Et à raison. C’est souvent un gecko (cool) ou un cafard (moins cool). D’ailleurs, les premiers bébés cafard sont de sortie. Y en avait un sur la table de mon café habituel près de mon travail. Et un autre près du présentoir à éclairs de la boulangerie française du coin.

Mon séjour au Vietnam m’a apporté certaines cicatrices. D’acné sur mon visage (horreur). Et de boutons de moustique infectés sur les jambes. Mon dermato va avoir du boulot à mon retour.

Et le meilleur pour la fin :

J’ai du gérer, en 48 heures, un déménagement, un emménagement, une angine avec extinction de voix, des boutons de moustiques infectés et cramoisis sur les jambes, une allergie buccale à mes pastilles pour la gorge, et l’accueil de Chéwi qui débarquait à Hanoï à 6h du mat’ (et j’ai survécu).

Chouette hein ?

Des fois on peut se dire que ça peut être pire. Pas encore eu d’accident ni d’agression ni de problème de santé sérieux. Pourvu que ça dure !

Tschüs !

Publicités

2 réflexions sur “Mes petits moments de solitude : quatre mois au Vietnam

  1. Pingback: Mes petits moments de solitude : deux mois au Vietnam | Le petit carnet de Daphné Xuân

  2. Pingback: Fin du blog… Et après ? | Le petit carnet de Daphné Xuân

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s