Une page se tourne

Enfin, trois pages plutôt.

D’abord, Chéwi est reparti en fin de semaine dernière.
Au lieu de me lever chaque matin sourire aux lèvres même en cas de journée de boulot car je savais qu’il m’attendait pour terminer le jour avec douceur, j’ai juste droit a un grand sentiment de vide et de non-sens. J’arrive assez peu à me dire de profiter encore des deux mois et demi qui me restent à vivre ici, et la moindre contrariété (je viens de rattraper la crève et de me refaire faire un cheptel de boutons de moustique sur les jambes, avec plaques, gonflements… et des cicatrices à l’endroit des anciens boutons inflammés) me donne juste envie de me réfugier dans mon lit et de me pencher d’avant en arrière jusqu’à ce que ça passe (j’exagère peut-être un peu mais le ressenti c’est à peu près ça : une espèce de tristesse qui vient du fond du ventre).
Je n’arrive ni a me plonger dans le boulot pour oublier (et Dieu sait que je devrais) ni à profiter des jours fériés de début mai. Je me sens juste seule et perdue, et mes multiples projets (me faire faire une jolie robe, finir mon enregistrement studio…) sont pour le moment bloqués. Ce qui me contrarie. Ce qui me ramène au point précédent.

Ensuite, mes cousins américains sont repartis eux aussi. Nous avons passé de bons moments avec eux, à plaisanter et à demander des nouvelles des uns et des autres, et en sentant que finalement rien n’avait vraiment changé chez eux. Plutôt sympa.
Ils sont partis après un dernier lunch avec vue sur le lac de l’ouest.

Enfin, nous avons finalement concrétisé toutes les dernières semaines de répétitions en jouant le spectacle « Ulysse » trois soirs de suite à Hanoï. Trois soirs très différents (j’arborais moi-même une coiffure différente chaque soir car oui, nous avions une coiffeuse dans l’équipe !) avec des publics très variés. Premier soir, salle remplie aux 2/3, plutôt calmes et disciplinés mais réagissant bien. On avait bien réussi la première. Deuxième soir plein à craquer avec des groupes scolaires survoltés et incontrôlables. Petit coup de déconcentration de notre côté, et puis gérer toutes ces personnes (notre pièce était du théâtre de rue avec de la musique, et qui impliquait pas mal d’interactivité) était assez stressant pour la troupe. Sentiment mitigé…
Troisième et dernier soir avec beaucoup d’émotion. Le bouche à oreilles à fait son effet : salle comble, qui déborde même, remplie un bon quart d’heures avant les trois coups. Remplie en deux minutes, du jamais vu ! Après une belle communion avec le public, nous découvrons dans l’urne que nous avions mis à leur disposition des tas de petits mots gentils et en français dans le texte ! Extraits choisis : « Je vous aime très beaucoup » !

Une fois les trois jours terminés nous sommes allés dans un Bia Hoi et avons chanté, version chanson à boire, quelques chansons dont celles du spectacle. Une vraie petite famille s’est constituée avec la troupe, et j’ai hâte de remettre ça à Hué ou à Ho Chi Minh Ville (c’est en projet).

20140510-193446.jpg
(La Ulysse Family en pleine action de pitrage)

Depuis ces quelques jours de déprime décrits plus haut, après un long week end de cinq jours assez vide, je remplis à présent le vide en disant « oui » à presque toutes les activités qu’on me propose. J’ai parfois envie de rentrer mais éprouve en même temps une certains angoisse à l’idée de repartir. Profiter un maximum de chaque instant, oui, mais quelle façon est la meilleure ?

Dois-je aller à Bangkok pour voir autre chose ?
Aurai-je le temps de voir le village de mon grand père et qu’est-ce que je pourrais y trouver ? Où trouver la bonne personne pour m’y emmener ?
Arriverai-je enfin à avoir un vietnamien pas trop pourri ?
Aurai-je le temps de finir l’enregistrement de mes morceaux, et de préparer leur promotion, ici même ou en France ?
Vais-je enfin vaincre le syndrome de la page blanche ?

Trop de choses à faire… Trop peu de temps…
Une page se tourne, et s’avère finalement renversante !

Publicités

Une réflexion sur “Une page se tourne

  1. Pingback: La cartographie des copains | Le petit carnet de Daphné Xuân

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s