Ce que j’ai fait sur une moto au Vietnam

Histoire de poser le décor, je tiens à préciser que je ne suis absolument pas amatrice de sensations fortes ou d’adrénaline. Pourtant, même si j’ai pris le parti de ne pas conduire de moto, j’ai très vite très peu rechigné à monter sur celles des autres. Parce que j’avais plus confiance en leur capacité de conduire qu’en les miennes propres, je suppose… J’aime bien cette sensation de liberté quand on roule, laisser mon esprit vagabonder au travers les routes, paysages et immeubles, regarder dans tous les sens en souriant… Ça fait partie de mes petits plaisirs que je m’offre à présent chaque matin en empruntant un taxi-moto alors qu’auparavant, pour des raisons économiques, je prenais le bus. Désormais je prends le bus surtout le soir.

A présent que mon séjour touche bientôt à sa fin (troisième semaine de juillet, mais d’ici là je vous concocte un ultime road-trip avec Ju, ma comparse de toujours), je me suis amusée à tirer un drôle de bilan ; celui de tous les trucs que j’ai fait sur une moto (et y a rien de sulfureux, j’en suis désolée d’avance si vous l’espériez 😉 )

Alors, en vrac, en roulant en moto :

– J’ai transporté à la fois une guitare ET un violon sur le dos

– J’ai téléphoné (super compliqué avec un casque qui recouvre les oreilles)

– J’ai envoyé des SMS

– J’ai pris des photos

– J’ai pris des selfies (selfies classiques et rétroviseur-selfies)

– Je me suis fait faire des soins du visage (enlevage de masque dits « peeling » en pleine route)

– J’ai pris des films

– J’ai chanté (faut bien s’entraîner de temps en temps)

– J’ai fait la conversation en vietnamien dans le texte avec mon conducteur (mais ça allait jamais bien loin que de dire où on vit, où on bosse et que le Vietnam c’est super beau)

– J’ai transporté un bouquet de fleurs enturbanné dans du papier journal (pour le village de mon grand-père)

– J’ai eu super mal au séant après plus de trois heures de route (pour la même occasion)

– J’ai vu sur la route vers mon boulot : un convoi de bonzes dans un mini-bus recouvert de fleurs, un convoi de monsieurs très importants en costard dans un mini-bus entourés de bagnoles de flics toutes sirènes dehors qui créaient un no mans’ land autour d’eux en pleine heure de pointe, des motards qui transportaient des poissons vivants, fleurs par milliers, chiens, bonbonnes d’eau tout partout…

– J’ai survécu à des embouteillages de motos dans le quartier étudiant (épique), à un trou de sable en pleine voie dans le noir, à un micro accrochage latéral… Le réflexe simple étant de poser ses pieds à terre pour aider le conducteur à retrouver l’équilibre au plus vite.

– J’ai testé rouler à trois nanas sur une moto (j’étais au milieu). Pour aller au resto.

– Enfin, le meilleur pour la fin : j’ai transporté une batterie (grosse caisse comprise).

Bref, enfourcher une moto, c’est souvent passer de bons moments. Je me demande si je vais pas me mettre au scooter en rentrant…

Tschüs !

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s