Esprit de contradiction hanoien, ou la tentative avortée de « profiter de la ville »

Ce moment où on se dit, « c’est décidé, je profite de Hanoi ».
Sortir de chez soi. S’apercevoir que le soleil tropical, ça plaisante pas. Crever de chaud malgré sa petite robe de soie et son grand chapeau.
Rentrer chez soi. Voir le déluge qui s’abat d’un coup sur la rue et dont le débit d’eau est bien plus important que celui de son pommeau de douche.
Finir devant HBO.
Essayer de se dire que malgré tout, ce n’est pas encore trop la loose.
VDM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s