Raconter le départ

Mon séjour au Vietnam touche à sa fin, et très logiquement, ce blog aussi.
À moins que je ne reparte ailleurs dans une ou plusieurs années, et dans ce cas ce blog reprendra là où il s’était arrêté. Après tout, il reste ce qu’il est : un petit carnet…

Je voulais raconter les choses dans l’ordre, c’est à dire raconter d’abord mes vacances dans le centre et ensuite mon départ pour la France. Mais je me rends compte que c’est impossible, pour la bonne raison que mon départ c’est dans même pas trois jours et que j’aimerais profiter de mon séjour à Hanoi avant de soigner mes billets sur mon voyage au centre du Vietnam.

Ainsi, je pense vous en parler véritablement après mon retour, ça fera prolonger les choses…

Par contre s’il y a une chose que je veux partager avec vous, c’est le retour. C’est un élément, un moment qu’on lit assez peu sur les blogs d’expat´ court terme comme moi. Comme si une fois rentrés, ces expatriés laissaient tout tomber et laissaient leur blog derrière eux en friche. C’est assez triste et dommage car le retour, et comment le gérer, est une question que partage la plupart de mes amis expatriés.

Comment se réhabituer à sa nouvelle vie en France ? Comment se réacclimater, ne pas déprimer, s’inclure à nouveau dans la société française (hiérarchique, cloisonnée) alors qu’on s’était fait à un système différent (ouvert) ? Comment réintégrer sa vie française, alors qu’on ne peut pas faire comme si notre séjour ne nous avait pas changés ? Comment affronter le pessimisme français et les infos qui teintent le quotidien de façon morose ? Comment dire au revoir à la foule, au trafic routier, aux hêlements des xe om (« motorbike ! »), à ce bordel sans nom que j’associe maintenant à un sentiment de liberté ?

Ce sont ces questions là qui me travaillent et qui en travaillent d’autres, comme Ju par exemple. Lors de notre séjour dans le centre, nous partagions ce sentiment bizarre, les dernières semaines de présence au Vietnam, d’être constamment (et dans le même temps) heureuses et tristes. D’avoir envie de rentrer et en même temps, tellement pas envie de partir du Vietnam. D’avoir peur de la France et de ce qu’on y trouvera.

C’est ça que je veux raconter. Ce ne sera donc plus à destination de mes proches, avec qui je partagerai bientôt une bonne mousse à 4 euros (sigh). Mais ce sera à destination des expats qui, tout comme moi, voient ces questions trotter dans leur tête.

Là, à J-3 :

– j’angoisse de devoir passer directement en mode « révisions intensives » pour les derniers examens de ma vie, en ajoutant à cela que je n’ai aucune idée des supports de révision que je vais utiliser
– j’angoisse de ne pas avoir assez de place dans la valise pour emporter les multiples cadeaux (qui prennent déjà un bon quart) et les fringues achetés sur place
– J’angoisse de devoir gérer et payer cher une expédition d’1,5 kg vers la France histoire d’alléger mes valises
– j’angoisse de revenir en France dans ma ville que j’aimais plutôt bien en partant, mais dont on m’a dit que l’ambiance s’était dégradée (développement de bidonvilles en périphérie…), et qui me paraîtra trop calme et glauque par rapport à la vivante Hanoi
– Je pense au fait que je n’aurai plus d’argent, que je ne pourrai pas commander une bière sans penser à mon budget, que je ne pourrai pas sortir avec mes amis à n’importe quelle heure en me disant que mon taxi retour me coûtera 4 euros grand maximum
– je réfléchis à adopter le vélo comme moyen principal de déplacement en ville car je ne supporte pas l’idée de payer 52 euros par mois pour prendre un métro qui me déprime d’avance
– je me dis que je ne pourrai pas dire au revoir à un tas d’amis
– j’ai prévu pour ces prochains jours : un Dej avec un ami, un karaoké et pho avec les collègues, envoyer mon colis par la poste, acheter des machins de beauté coréens, acheter des chaussettes Biz Men (elles sont cool), aller à une nouvelle place de massage samedi matin, voir mon ami Chau chanter du jazz dimanche matin et faire coucou à mon groupe à la repet de dimanche après-midi
– je regrette de ne certainement pas avoir le temps de louer un vélo pour faire le tout du lac le nez au vent
– je peste contre le typhon de samedi de m’enlever une journée d’Hanoi (30 cm d’eau prévue).

Tschüs !

Publicités

5 réflexions sur “Raconter le départ

  1. L’envoi d’un colis de 1.5kg vers la France va couter cher et risque de ne pas arriver à destination. 1.5kg ce n’est pas très lourd (pb seulement si très encombrant.
    A mon retour en mars dernier, en plus de ma valise de 30kg, j’avais un carton de 15kg (carton acheté dans une boutique du centre de Hanoi, pas loin du lac Hoan Kiem, je l’avais repéré parce que ma ligne de bus passe devant cette boutique avant d’arriver au lac. Oui, j’avais droit à 45kg de bagage en soute et 7kg en cabine.

    Hier le vol de 23h55 pour Paris a été suspendu. Il a pu partir à 6h du matin après avoir eu les autorisations des nouveaux pays survolés pour éviter l’Ukraine.

    Je repars à Hanoi début septembre.

      • Moi j’achète toujours des vols Vietnam Airlines (car plus de kg en soute). Si tu as un billet AF leur vol sont fait avec des avions Vietnam Airlines (accord de coopération) je pense que VNA près du lac HK peut renseigner car l’ancien bureau AF près du lac Hoan Kien est occupé par le magasin de chaussures Bata.

  2. Bagages: chaque bagage ne doit pas dépasser 30kg (poids maxi pour faciliter le travail des bagagistes)
    Je ne sais pas ce qui est indiqué sur ton billet de retour : en face du numéro de vol dans la dernière colonne à droit il y a un nombre suivi de KG, c’est le poids autorisé en soute.
    En cabine, on a droit à 7 kg sur VNA (moi j’avais une petite valise de cabine en toile qui pesait en réalité 9kg, et un sac à dos d’au moins 5kg avec mon PC, ma tablette, et des bricoles, soit un total de 14kg en cabine). Normalement en plus des 7kg, on a droit au poids du PC.
    Ce qui est important c’est de respecter le poids des bagages en soute (poids total et le maxi 30kg/bagage). Les bagages de cabines sont rarement pesés (bien sur si on a du mal à les déplacer ça va se voir, donc contrôle).
    Le vol Hanoi-Paris qui durait 11h va durer au moins 14h: j’espère que tu a un autre vol à prendre à Paris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s