En bonus (7) : rétrospective Facebook pendant mon séjour

Comme je ne partage sur ce blog que ce que je peux véritablement mettre en forme, j’ai décidé de déposer dans cet article toutes les micro-réflexions que j’ai pu faire sur d’autres réseaux sociaux à accès restreint. Et en général, c’est plutôt drôle. Alors allons-y !

AVANT

6/12/13

Envisage une fête d’avant-départ. Se rend compte que y aura sûrement pas grand monde. Songe à renoncer.

17/12/13

– Réception de la valise = check (et elle a l’air toute petite )
– Sac à dos de rando = check (et c’est le plus beau sac du monde ! cap sur la baie d’Ha Long !)
– Vaccins = almost check
– Savoir dans quelle ville je vais = almost check
– Sac bandoulière = repérage ok
– Shoes de marche = pas encore (prise de tête)

23/12/13

Préparer un long séjour à l’étranger > la maison qui rend fou des 12 travaux d’Astérix.

26/12/13

MAISON QUI REND FOU, round two. Après 45 minutes d’attente pour une pauvre attestation pourtant nécessaire pour souscrire à un machin qui se trouve, bien évidemment, pas dans le même bâtiment : « Bonjour Madame, vous voulez souscrire ? Et en plus vous voulez savoir concrètement en quoi ça consiste ? Eeeeeuh… voyons voir. Y avait pas Machine là qui avait fait un PowerPoint pour expliquer ? Zut je le trouve pas… Ah si c’est là. Ca ne parle pas de votre situation ? Hem. Des franchises à payer ? Eeeeeeuuuh… Bah ah tiens, voilà la brochure que n’importe quel quidam peut trouver partout. Voyons voir… Oh, je ne sais pas vraiment lire une brochure vous savez. Appelez ce numéro, là, inscrit dessus, ils vont vous en dire plus… ou vous rediriger vers un autre numéro… qui va vous en dire plus… Mais pas après 17h ni en week-end, car après ils ferment ma bonne dame. Ah bon, vous avez déjà appelé y a plusieurs mois ? Ah bon, ils vous ont envoyé sur le site web de Machinchose et vous ont dit de vous débrouiller ? Ohlala, vous n’avez vraiment pas eu de chance ! Mais retentez, peut-être que CETTE FOIS, vous aurez votre renseignement ! Vous voulez souscrire ? Ah bah on prend pas la carte bancaire, ma bonne dame. Revenez demain à la première heure, avec votre carnet de chèque… Parce que vous comprenez, c’est urgent ! Avec les fêtes, et tout ça, ça travaille moins que d’habitude… Et les délais se rallongent. » GGGGGGGGGGGRRRRRRRRRRRRRRRRRR !!!

PENDANT

9/01/14

Bien arrivée.

3/02/14

Maison trouvée. Yipee yipee yeah !!

4/03/14

Des asticots dans la baignoire ? Nous le saurons dans le prochain épisode ! ‪#‎maviereveeahanoi‬

18/03/14

Non mais allo quoi, tu te proclames « citoyenne du monde » et tu chantes « La Tonkinoise » a Hanoï ! C’est comme si tu te disais éprise de liberté,et que tu chantais en France « Maréchal nous voila » !

2/05/14

Aujourd’hui j’ai pris ma vie en main. J’ai acheté une boîte de Strepsil.

3/05/14

Mon gâteau, le Métropole et moi

8/05/14

Celui qui à trente ans, n’a pas goûté de sushi au saumon gras, a raté sa vie.

21/05/14

Pas envie de retourner en France. Ou alors, envie d’y retourner, mais en changeant tout. Commencer par jeter la télé.

29/05/14

Pendant que certains sont en transe devant Trent Reznor, j’expérimente prendre un avion avec un durian à bord. VDM

6/06/14

Expat débutant : Et il est où ce resto ?
Moi : rue Dien Bien Phu.
Expat débutant : ohlala, je vais jamais le retenir ce nom !
Moi : ………

13/06/14

Découverte au bord de ma baignoire : une forme petite, oblongue et tortueuse. Deux solutions. 1/ C’est une larve. 2/ C’est une merde. Après le test du jet d’eau, j’en ai conclu qu’il s’agissait de la deuxième solution. ‪#‎VietnamJeTAime‬

22/06/14

Dernier road trip booké. Au programme : culture-playa-shopping:)

23/06/14

Ok, donc pour le moment on en est au moins à 4 kilos de cadeaux et autres suppléments dans la valise… Et la fièvre acheteuse n’est pas finie. Keep calm…

APRÈS

21/07/14

Bifteck, comté, patates au beurre et peches jaunes… On se console comme on peut ‪#‎retourenfrance‬

22/08/14

J’ai le mal du pays (même si ce n’est pas mon pays)

Tschüs !

En bonus (5) : les expat’, encore et toujours

Ah, les expat’ ! Un grand sujet d’observation et de conversation, dont j’ai déjà plusieurs fois parlé sur ce blog (, ou encore ici).
Je suis récemment tombée sur cette vidéo (malheureusement en anglais, mais assez facile d’accès) qui résume pas mal l’agacement que l’on peut ressentir à l’égard de certains d’entre eux. J’avoue aussi me reconnaitre dans certaines de ces phrases… Et vous, vous en pensez quoi ?

En bonus (3) : une pub vietnamienne

Bonjour a tous et bienvenue aux petits nouveaux qui passent par ici !

Voila THE pub que je vois tout le temps ici (y compris sur un écran plat fixé très intelligemment sur le mur séparant les ascenseurs m’amenant a mon travail), depuis mon arrivée, et qui, si elle a le don de me taper sur les nerfs, me fait tout de même bien marrer.

Tout y est :
– une femme vietnamienne toute mignonne, une vraie mannequin ;
– fée du logis il va sans dire (et seule, car c’est pas un truc de bonhomme) ;
– au sens propre comme figuré : voyez comme elle fait léviter les fruits et légumes dans un ballet somme toute gracieux ;
– le tout sur une repompe sans complexe de « Rolling in the deep » d’Adèle, dans une version asiat’ cheesy des plus… intéressantes !

Bref, c’est collector, et je ne pouvais vous laisser dans l’ignorance de cette vidéo 🙂 🙂

Tschüs !

J’ai trouvé la maison de mes rêves

… et ça valait bien un article de blog.

Vous vous souvenez de mon dernier post, avec un lien vers une annonce (cf plan No 2 de la semaine) ? Eh bien les photos de cette annonce ne sont rien comparé a la réalité !! Maison gigantesque, ambiance chaleureuse, cuisine pleine de promesses, vrai lit deux places, salle de bain privative et magnifique, balcon idéal pour les beaux jours, emplacement royal juste derrière le Sheraton et directement face au lac  de l’Ouest, a deux pas de la rue des expats et d’une boulangerie française… Je veux je veux je veux cette chambre ! Mais j’ai bien peur que tout le monde la veuille !! Je me suis montrée très (trop ?) enthousiaste lors de la visite. Réponse fin de semaine. J’ai peur d’avoir agace l’australien qui m’a fait visiter. Seul souci avec cette maison (a part le fait que la réponse n’est que fin de semaine), c’est qu’elle n’est dispo que le 11 février. Mais je suis prête a faire le pied de grue à l’hôtel s’il le faut, c’est dire si je suis motivée !

Edit : Perduuu. Les colocataires ont choisi quelqu’un d’autre parmi les personnes venues visiter après moi, sur des critères assez obscurs. Je peux vous avouer que j’ai assez eu la haine, même si je devais vite me reprendre, fête du Têt oblige.

Tout à l’heure je vais voir une chambre d’une coloc 100% fille (je peux même avoir une ristourne de 15 dollars parce que je suis une fille 🙂 ), moins glam (surtout niveau quartier et salle de bains) mais 50 dollars moins cher que la grande maison (et tout est compris). A priori, ce serait mon 2e choix. A voir si je vais pas me faire coiffer au poteau sur ce plan, si malheureusement mon 1er choix m’échappe 😦

Edit : En réalité il y avait un gars au premier (très sympa au demeurant) et une fille au second avec qui partager la salle de bain. J’ai hésité à la prendre car l’ensemble avait de bons arguments, mais suis contente d’avoir renoncé après avoir découvert que mon dos n’était pas fait pour les matelas durs vietnamiens.

Sinon, pour le Têt je me suis décidée à le passer chez la famille de Trang, l’amie de fac de Ju. Ju craignait être en quelque sorte un poids pour son amie, qui sera la seule de toute la famille à parler autre chose que le vietnamien… Alors quitte à amener un boulet à la fête de Trang, autant en emmener deux 😉

La fête durera trois jours et se déroulera a Thang Hoa,  une province de Hanoi mais située tout de même à une centaine de km de Hanoi, donc un bon 3h de bus. Le père de Trang est maire ou quelque chose comme ça, bref un mec qui a l’air important. J’ai décidé d’y aller sans arrière pensée et de me laisser aller un peu, j’ai l’impression que d’être seule au Vietnam m’apprend beaucoup sur mes défauts et l’un d’eux est d’être trop angoissée et de vouloir trop contrôler les choses. Un peu de relâchement et de curiosité me fera le plus grand bien !

PS : enfin eu des nouvelles de la chambre au centre ville avec piano. Quelqu’un a été plus rapide que moi et a payé la caution peu après ma visite…

PPS : ma cheville va un peu mieux mais j’ai du mal à rester immobile.

PPPS : et en bonus, voici LA chanson qui est diffusée absolument PARTOUT a Hanoï en ce moment : http://www.youtube.com/watch?v=3Uo0JAUWijM

Édit : et voilà que cette maison me passe sous le nez malgré un bon feeling sur mes chances de l’avoir. Ils ont choisi quelqu’un d’autre… Gros coup de blues. Je crains que la maison plan B ne me convienne pas forcément car trop vietnamienne, or je sens que j’aurai besoin de soutien moral pendant ces six prochains mois et j’ai peur d’un certain décalage culturel avec des coloc vietnamiens. Retour à la case départ…

Sans appart’ fixe, sans Têt fixe

En ce moment, deux questions trottent dans ma tête et me sont posées régulièrement :

1/ Alors, t’as trouve un logement ?

2/ Et tu fais quoi pour le Têt ?

Prenons ces deux questions dans l’ordre, si vous le voulez bien.

1/ Sans appart’ fixe

La dernière session de recherche de logement (chaque session, dans ma tête, se déroulant sur une semaine) s’est soldée par un échec. Grisée par cette envie de vivre à deux pas du boulot, du lac Hoan Kiem, et d’un putain de piano, je n’avais plus goût à rien d’autre, et tous les autres logements me paraissaient fades. J’ai donc tardé à prendre une décision sur d’autre logements somme toute moyens (ni bon ni spécialement mauvais, mais aucun dans lequel je le « sentais » vraiment bien). Et comme j’ai mis deux jours a me décider pour cette chambre à deux pas du lac, la proprio n’a pas daigné me répondre… A moins peut-être qu’elle n’ait pris peur lorsque je lui ai « naïvement » parlé de contrat à signer (j’me crois en France, moi… sachant que même sous agence, Ju et Gi ont réussi à avoir un récépissé du paiement de leur caution… sur un post-it) ? Le mystère demeurera, mais quoi qu’il en soit, il faut faire le deuil de cette tentation de la proximité et du piano.

A côté de ça, la semaine dernière, j’ai visité deux chambres à Doi Can, rue longue et animée qui est une parallèle au nord de Kim Ma, là où je me trouve actuellement. Elles étaient ni bonnes ni mauvaises (à part le fait qu’elles étaient au fond d’un dédale de ruelles étroites) et pourtant, sans vraiment savoir pourquoi, un peu bêtement je suppose, j’ai dit non. Je devais même visiter une troisième chambre dans une maison se trouvant dans exactement le même dédale de ruelles, mais j’ai décliné… De la bêtise, encore ?

Cette semaine, nouvelle session. Dans mon escarcelle, deux plans :

– un couple 100% vietnamien et 100% exclusivement vietnamophones (ça se dit comment en vrai, d’ailleurs ?) dans une maison très vietnamienne louent pour une poignée de dollars une chambre d’enfants (avec des étoiles sur les murs) puisque les leurs sont partis faire leurs études au Canada. Ce plan m’a été fourni par Truong, le père de mon amie Quyen, monsieur extrêmement sympathique au demeurant et qui joue pour moi, à Hanoï, le rôle d’un protecteur. Les avantages de la chambre sont le prix et la proximité avec un arrêt de bus pour une ligne qui va vers le lac, malgré une distance importante par rapport au centre (mon budget logement + transport pourrait alors facilement se diviser en deux). Le deal est en lui-même sympathique, malgré le caractère enfantin de la chambre (deux lits une personne, un rose un bleu, en tête-bêche, on a rarement vu aussi sexy, n’est-ce pas  Chéwi ?). Seulement je ne pense pas la prendre. Trop peur d’être lost in translation. De ne pas parler à des gens de mon âge qui parlent vaguement anglais. De me sentir terriblement seule, dans une maison dont les normes sont assez décalées, avec des personnes avec qui il sera difficile de communiquer autrement que pour le strict nécessaire… Ai-je tort ? Est-ce que je fais ma difficile ?

– je nourris beaucoup d’espoirs pour le deuxième plan ( http://tnhvietnam.xemzi.com/en/c/1/propertylisting/show/249963/room-in-tay-ho-265-hanoi ). La salle de bain est privative et comporte une vraie douche, le pied total. La cuisine est grande et on peut y préparer plein de trucs. Les colocs sont cosmopolites et cela appelle à l’échange (et y a pas que des mecs). Le lit a l’air d’avoir une largeur plus que raisonnable. Même si je vois que c’est trop ceci, pas assez cela, trop grand, trop de monde… Je prendrai quand même, parce que merde, y en a marre quoi. L’emplacement n’a pas l’air trop mauvais, près du lac (l’autre, le grand lac de l’Ouest) et de la rue animée ou les expats viennent faire la fête tous les soirs (aka Xuan Dieu). Chambre pas donnée mais dans mon budget, et le prix se comprend vu la gueule de la douche et de la salle de bain en général. Seul souci : libre a partir du 10 février… La fin du dédale ??

– A cote de ça, des plans en attente : une ch’tite maison a louer à moi toute seule pas trop loin du boulot… mais je serais toute seule. Plan fourni par Mai, chanteuse du groupe. (edit : pas visité finalement) Et aussi peut-être une colocation a Doi Can (encore !!) que connait un pote français de membres du groupe de musique (edit : prise avant d’avoir pu être visitée), ou encore une chambre correcte/moy-moy (pas de vraie douche 😉 ) a prix plutôt raisonnable et pas trop loin du centre (pas encore appelé, j’attends les photos de la cuisine). (edit : il s’agit de la maison viet sympa dont je parle ensuite, aka le plan B)

2/ Sans Têt fixe

Le Têt constituant la seule période fériée longue  (sinon les vietnamiens ont deux semaines de vacances par an), il est inconcevable pour un vietnamien de ne rien avoir prévu pour les fêtes.

…comment dire ?…

Pour le réveillon en lui-même (du 30 au 31) j’espérais plus ou moins le passer avec Truong, le père de Quyen. Néanmoins il m’a été difficile de lui demander de passer le Têt avec lui car je ne voulais pas lui forcer la main. De plus je ne veux pas abuser de leur gentillesse… Je m’apprête à refuser la proposition de guest house décrite ci-dessus alors qu’ils se plient un peu en quatre pour moi. J’ai la désagréable sensation d’être ingrate et malpolie. Alors, quoi ? Je joue les bourrines en posant la question franchement ?… Ou je laisse filer ?

Ju a gentiment demandé a sa copine Trang s’il était possible que je vienne au Têt de sa famille, dans une province de Hanoi mais tout de même à trois heures de chez nous. Encore une fois c’est totalement adorable, mais je suis gênée par tant de gentillesse et crains d’être l’élément de trop dans cette petite fête… qui va quand même durer plusieurs jours !

Quant aux amis connus de longue date depuis la France, ils semblent avoir déserté. On laissera donc tomber de ce côté là.

Pour ce qui est des congés du Tet (le bureau ferme quelques jours), j’hésite a aller quelque part, surtout toute seule. En effet, je ne connais pas de personnes depuis suffisamment longtemps pour partir en vadrouille avec eux. C’est bien dommage car ç’aurait pu être sympa de s’envoler a Ho Chi Minh Ville pour 140 euros et de vadrouiller en recherche de bons plats du Sud. Mais je ne trouve personne et ne sais pas où loger.

Voila pour les nouvelles, qui, je vous l’accorde, sont fort longues !

N’hésitez pas a donner votre avis sur tout ça, pour que ce blog ne se transforme pas en monologue 😉

Tschus !

———

Et en bonus, pour un peu plus de gaieté : voici les deux chansons que j’ai répétées hier avec le groupe Puzzle et que je jouerai lors de la prochaine soirée cabaret du 22 février !